La vie avec

Ce que j’aime et ce que je n’aime pas. Ceux que j’aime mais pas ceux que je n’aime pas

 

Voyage en Espagne… et péripéties ! 8 mai, 2012

Classé dans : Collège-Lycée — lavieavec @ 18:51

   Voyage en Espagne... et péripéties ! dans Collège-Lycée pt3715

Jolie-Fleur est partie toute la semaine dernière en voyage scolaire en Espagne.
Super voyage qui comprenait, outre des visites de ruines romaines (pour changer un peu !), une course au trésor dans la ville de Tarragone, la visite du stade du FC Barcelone, un rallye dans un marché où il fallait acheter tous les ingrédients pour la fameuse Paella et la confection par les élèves eux-mêmes de la-dite Paella dans une cuisine style Master Chef.

Les jeunes étaient logés chez l’habitant où ils prenaient aussi leur petit déjeuner et le repas du soir. La semaine se passait fort bien, nous avions des nouvelles de loin en loin par l’intermédiaire d’une boîte vocale sur laquelle le prof d’espagnol nous racontait le programme des journées.
Finalement le plus dur avait été, pour certains parents, de laisser partir leurs enfants. Certains ont carrément refusé qu’ils partent (craignant les accidents de bus), d’autres les ont quittés en pleurant à chaudes larmes  (accidents de bus !!!).

Le dernier jours, vers 18h, je reçois un appel de Jolie-Fleur. Je me dit qu’ils ne sont pas loin d’arriver et qu’elle me prévient qu’il faut aller la chercher au bus devant le collège comme prévu.

Que neni !

- « Allo, Maman ? Bon, ben on est toujours en Espagne, on n’est pas encore partis parce qu’il y a un petit problème avec le bus… ».
Je ne reconnais pas là son air naturel…
- »Quel genre de problème ? Le bus est en panne ? Vous avez eu un accident ? (ben on dirait qu’ils m’ont refilé leur psychose…) »
- »Euh, non, non … Mais les profs ne veulent pas qu’on en parle aux parents, on a juste le droit de vous prévenir qu’on arrivera après minuit ».

Finalement elle crache le morceau, et je vous révèle toute l’histoire à mon tour :

Ce jour-là, vers 14h, juste après le dernier déjeuner que les jeunes ont pris dans un centre commercial, une des élèves de quatrième a fait une cirse d’allergie assez grave. Elle s’est mise à gonfler à suffoquer et à devenir toute rouge. Jolie-Fleur et sa copine ont couru partout dans les 4 étages du centre commercial afin de retrouver les profs qui faisaient leurs derniers achats, tandis que Caroline (qui passe tous les étés chez sa grand-mère à Valencia, et qui a donc le meilleur niveau en espagnol du collège) hurlait comme une démente (en espagnol) dans le centre commercial :  »Est-ce qu’il y a un docteur ? On a besoin d’un docteur ici !! ». Jolie-Fleur a réussi finalement à retrouver les profs qui ont rappliqué au galop. Au même moment, les cris de Caroline ont fini par ameuter la sécurité du magasin qui a appelé une ambulance. C’est là que l’allergique a expliqué qu’elle avait dans sa valise une piqûre spéciale qu’il fallait lui faire en cas de crise. Re-galop du prof d’espagnol avec la copine chargée de repérer la bonne valise dans les cales du bus.
Bref :  au moment où l’ambulance arrivait, le prof et la copine ramenait la piqûre, sauf que toutes ces cavalcades ont provoqué une crise d’asthme à la copine. Du coup, l’ambulance a embarqué l’allergique et sa piqûre, le prof d’Espagnol pour la traduction, et la copine qui était en train d’étouffer à cause de sa crise d’asthme. Tout ce petit monde a été transféré aux urgences.

La copine a rapidement retrouvé son souffle tandis que l’allergique a subit des soins un peu plus longs et surtout plusieurs heures de mise en observation. Pendant ce temps, la prof de latin gardait tout son petit monde au pied du bus, sur les espaces verts du centre commercial, avec interdiction de s’éloigner en cas de départ imminent du bus. La prof d’Espagnol N°2, quant à elle, a pris un taxi pour rejoindre les urgences (après avoir fouillé les 2 valises) pour amener les cartes Vital Européennes réclamées par l’hôpital et que le prof d’Espagnol N°1 avait oublié dans sa hâte.

Finalement, le bus est parti à l’heure où il aurait dû arriver en France. Il a passé la frontière à 10h du soir et est arrivé au collège à 1h du matin au plus fort de l’orage (dont les éclairs zébraient magnifiquement le ciel). Les parents hagards (manque de sommeil) et inquiets (accidents de bus !) étaient soutenus psychologiquement par le Principal (mal rasé et décoiffé) tout droit sorti de son lit.

Que d’aventures ! Que de souvenirs, pour Jolie-Fleur pendant toute cette semaine.

Et, au moment où je l’embrassais dans son lit pour lui dire « bonne-nuit » (2h du mat’), elle me dit : « Et encore, je te raconte pas le jour où on a perdu « Drou-Drou » (le fil de la prof de latin)  dans la ville de Tarragone, alors que c’était le seul de tout le bus qui ne parlait pas un mot d’Espagnol » (En effet Drou-Drou fait anglais-allemand et il a quand même réussi à faire le voyage en Espagne sur  l’insitance de sa prof de mère).

- » Je te raconterai … demain… Quelle histoire ! » me dit-elle dans un baillement.

 

 
 

petit toulousain |
La Belle Verte |
TiTe MiSs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | manutea
| FCPE Saint-Girons
| construction de notre maison