La vie avec

Ce que j’aime et ce que je n’aime pas. Ceux que j’aime mais pas ceux que je n’aime pas

 

Céleri rave 24 octobre, 2014

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 6:07

Céleri rave dans Fou-dingue 540

Il nous faut aujourd’hui rendre hommage à un mal-aimé victime de sa laideur : je veux parler du céleri rave qui est un légume succulent que j’ai découvert sur le tard. Il faut dire que son physique ne l’aide pas. Quand on ne le connait pas, on se demande vraiment comment cuisiner cette boule chevelu et parfois un peu terreuse. En plus dans mon cas, j’avais été carrément dégoutée par la fréquentation assidue des cantines scolaires et de leur « fameux » Céleri Rémoulade dont le simple nom me provoque encore des hauts le coeur.

Passé ce stade, au détour d’une recette, j’ai commencé à incorporer (un peu) de céleri rave à quelques ragouts de légumes et je me suis rendue compte que cuit, c’était un légume très gouteux, parfumé, fondant qui faisait merveille dans certains plats (comme l’osso-buco par exemple). C’est vraiment quelque chose de très intéressant; on peut aussi classiquement le réduire en purée pour agrémenter un purée de pommes de terre par exemple : en général les enfants adorent. Mais comment sublimer ce légume en le cuisinant « en vedette » ?

Réponse trouvée hier (dans le dernier livre de Jamie Oliver). J’ai découvert une façon très très simple mais néanmoins très spectaculaire de cuisiner et présenter ce céleri rave et qui de surcroit sublime ce légume délicieux.

Il s’agit tout simplement d’enduire d’huile d’olive une grosse boule de céleri (préalablement lavée, brossée et séchée). Saler, poivrer, effeuiller du thym par dessus, ajouter 4 gousses d’ail écrasées et 6 feuilles de laurier. Vous placez  le tout, racines vers le haut, au centre d’une grande feuille d’aluminium que vous doublez (deux feuilles donc). Juste avant de fermer cette grosse papillote, Jamie ajoute 30g de beurre. Et hop, vous mettez le tout (racine vers le haut) au four 180°C pendant 2 heures.

Au bout de 2 heures j’ai ouvert ma papillote et là…des odeurs fabuleuses sont arrivées à mes narines : il y avait des parfums de cannelle, de noix de muscade, d’épices. C’est fantastique ! La boule était moelleuse, parfumée, tendre, fondante. Un régal. Vous la coupez en tranches comme un rôti, et Jamie la sert avec de l’orge perlé (du blé ou du riz font très bien l’affaire) ainsi qu’avec une sauce aux champignons à la crème. J’ai suivi scrupuleusement la recette, et même Fiston qui est un carnivore invétéré a été séduit par ce plat végétarien. Vraiment c’est une super recette, facile à essayer. Vous m’en direz des nouvelles !

Bon appétit !

 

 

Aubergines 28 septembre, 2014

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 4:30
Aubergines dans Fou-dingue aubergine2

J’ai toujours eu beaucoup de mal avec les aubergines.

Je ne trouve pas ça terrible comme légume. Si on les fait cuire à l’eau : c’est gorgé d’eau ! Si on les fait frire (ce qui est souvent le cas dans les recettes) : c’est gorgé d’huile ! Quand on en met dans la ratatouille c’est spongieux et la peau donne parfois un gout assez fort, parfois même piquant qui peut être désagréable. Certains disent qu’il faut faire dégorger les aubergines dans le sel avant de les cuisiner. J’ai essayé… : immangeable ! Aubergines gorgées de sel !

 Mon père les aime d’une seule façon : coupées en deux, arrosées d’un filet d’huile d’olive, parsemées d’ail et de persil et passées au four 1/2 h. Ouais… c’est encore la moins mauvaise des façons… Mais pas tout à fait satisfaisant pour moi.

Je cuisine donc assez peu l’aubergine, mais à regret, parce que je pense que je n’ai pas trouvé la BONNE  façon de les cuisiner. La façon de rendre les aubergines excellentes, de les sublimer. Pourtant j’ai toujours pensé que ce légume devait avoir du potentiel. La chair est douce, d’une texture fondante, agréable. J’étais sûr qu’on pouvait s’en régaler.

Depuis hier soir… VICTOIRE ! C’est chose faite. J’ai (enfin) trouvé la meilleure recette d’aubergine au monde !

Elle figure dans le livre « Rock’n’roll cuisine » de Jamie Oliver. Jolie-Fleur a ADORÉ ! C’est succulent, léger, plein de saveurs et déclinable de mille façons en changeant les ingrédients, les herbes, les épices, les saveurs. C’est sûr, cela va devenir ma façon de faire des aubergines plus souvent !

 

Les meilleurs aubergines au monde :

Pour 4 personnes : 2 belles aubergines coupées en deux et cuites à la vapeur (5 minutes à peine à l’autocuiseur ou 10 minutes à la vapeur simple. Attention ! Pour un bon résultat, il est important que les aubergines ne soient par trop cuites, en bouillie ou qu’elles ne se tiennent plus. Rester  très vigilant sur ce point). Après cuisson couper les aubergines en dés et laisser un peu refroidir.

Pendant ce temps, préparer la sauce dans un saladier :

  • 4 cuillères à soupe de sauce soja
  • 2 cuillères à CAFÉ d’huile de sésame (ou d’huile d’olives si vous n’en avez pas)
  • le jus de 1 citron + un peu de zeste
  • 1 poignée de feuilles de coriandre hachées
  • 1 poignée de feuilles de menthe hachées
  • 1 poignée de feuilles de céleri hachées
  • 1 poignée de feuilles de basilic hachées
  • 1 poignée de feuilles de ciboule hachées (Jamie met 4 oignons nouveaux émincés, moi j’en avais pas !)
  • 1 cuillère à café de sucre (Jamie dit 2, mais moi je trouve que 1 c’est largement suffisant on pourrait même s’en passer… à voir selon votre gout et l’acidité du jus de citron)
  • Jamie met aussi du piment … mais il en met toujours partout. Pour ma part,  j’ai juste mis une pointe de couteau de harissa. On peut aussi s’en passer.

Voilà, y’a plus qu’a mettre les aubergines cuites dans le saladier et les enrober de sauce… Un pur délice, moelleux, fondant, juteux, parfumé à souhait un rêve de légèreté.

Vous m’en direz des nouvelles !

PS : comme avec toutes les recettes de Jamie, on peut s’étonner du nombre d’ingrédients. A force, j’ai à peu près tout dans mon placard, les sauces soja, les différentes huiles etc… C’est un petit investissement au début mais ça se garde très bien. Pour les différentes herbes qui sont toujours TRES utiles partout et tout le temps, j’ai résolu le problème : j’ai TOUT dans mon jardin. Un simple balcon peut suffire aussi. Il faut juste, au début du printemps, semer dans de gros pots tout ce qui est nécessaire. Pour ma part : j’ai différentes sortes de basilic, de la menthe bien sûr, du céleri (ça marche très très bien et c’est très résistant aux maladies et ravageurs), de la coriandre, du persil, de l’aneth, de la ciboule (ou de la ciboulette) et j’ai aussi du thym (mais ça, ça ne se sème pas, c’est une plante pérenne). Bref, vous semez au printemps, vous arrosez, vous mettez un peu d’engrais de temps en temps et il faut exposer au soleil (mais pas trop !) Et comme un sachet de graines c’est beaucoup, vous pouvez re-semer tout l’été au fur et à mesure de votre consommation. L’hiver, je demande à Mon-Grand-Amour de déployer une petite serre en plastique au dessus de mes plantations et je parviens à avoir du céleri, du persil, de la ciboulette et de la menthe pendant tout l’hiver. Le basilic et la coriandre sont moins résistants mais j’en ai au moins jusqu’au jour de l’an ! VIVE LES HERBES FRAICHES DU JARDIN !

 

 

la vengeance du maquereau 20 septembre, 2014

Classé dans : Fou-dingue,Incroyable mais vrai ! — lavieavec @ 8:17

  la vengeance du maquereau dans Fou-dingue maquereau

Il y a quelques temps, Jolie-Fleur a passé l’après-midi aux urgences pour se faire retirer de la gorge une arrête de maquereau. Deux hôpitaux, trois services différents et 4 médecins ont été nécessaires à l’opération.

 2 hôpitaux, car les urgences de la clinique la plus proche de chez nous ne disposaient pas d’un ORL à ce moment ; il a donc fallu aller au CHU.

Trois services différents, car elle est passé des urgences, aux urgences pédiatriques (15 ans, 11 mois et 360 jours…donc < 16 ans vous conduisent tout droit chez les enfants). Jolie-Fleur s’est donc retrouvée sur un brancard « Dora l’Exploratrice » beaucoup trop petit pour elle. De là elle a été transférée dans le troisième service (en ORL donc)  où 4 médecins (de l’interne au chirurgien ORL en passant par le chef de clinique) ont été nécessaires pour repérer l’intrus puis le lui retirer. Le chirurgien a dit qu’il n’avait JAMAIS vu un truc pareil. C’était une espèce d’arrête en forme de Y, qui n’était pas plantée dans la gorge mais plutôt collée contre la paroi et qui se déplaçait quand Jolie-Fleur déglutissait. Un calvaire pour la repérer. Et la retirer. Bref, je vous passe les détails… La pauvre Jolie-Fleur a souffert le martyre surtout pour « avaler » la caméra par le nez. !

Du coup, elle a maintenant une certaine aversion pour le poisson, surtout quand il faut le dépiauter.

Hier soir j’étais donc dubitative devant la tranche d’espadon ramenée par Mon-Grand-Amour. Comment la cuisiner, comment la présenter ?

J’ai improvisé une fantastique magique recette, qui a fait passer le poisson : il n’en n’est pas resté une miette !!! Et c’est tellement bon et ça présente bien, qu’on peut aussi préparer cette recette pour un beau repas d’invités.

Terrine d’Espadon (ou tout autre poisson ça doit marcher aussi)

(Pour l’équivalent d’une tranche d’espadon)

-          Allumer le four T° 180°C

-          Découper la tranche d’espadon et la passer au mixer pour en faire des grosses miettes (pas trop mixé surtout)

-          Hacher très fin (ou mixer) un demi oignon

-          Dans un saladier :

  • Casser 4 œufs
  • Battre avec 2 cuillères à soupe de moutarde douce (SAVORA ou moutarde IKEA)
  • 2 cuillères à soupe de concentré de tomates
  • 2 cuillères de câpres
  • 2 cuillères de crème (allégée c’est très bien)
  • 2 cuillères à soupe de jus de citron
  • Sel, poivre
  • On peut rajouter deux cuillères à soupe d’aneth ciselé (ou persil), c’est très bon

-          Ajouter alors dans le saladier l’oignon et l’espadon, remuer avec précautions

-          Chemiser un moule à cake avec du papier sulfurisé

-          Verser la préparation dans le moule

-          Faire cuire 40 minutes au four au bain marie (ou pas, à mon avis sans bain marie ça peut très bien marcher aussi… A tester !)

Très bon, très fin, peut se déguster chaud, tiède ou froid avec une petite sauce tomate. MIAM !

 

 

Mouna de Pâques 19 avril, 2014

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 9:48

Une remise à l’honneur de saison.

Aller ! Faut que j’aille m’y mettre !

    Mouna de Pâques dans Fou-dingue 

Chez nous, la tradition de Pâques c’est ça.

Recette de la Mouna de Pâques :

Alors il vous faut 500g de farine spéciale brioche (en supermarché) et un sachet de levure de boulangerie. 

  • Casser 3 oeufs dans un verre doseur
  • Ajouter 2 cs de pastis et 2 cs de rhum
  • ajouter le lait jusqu’à 300 ml
  • Mettre de tout dans la machine à pain, ou dans un saladier
  • Ajouter 500g de farine, 60g de sucre, 120 g de beurre en petits morceaux, 1 cc de sel et le sachet de levure
  • Râper à la râpe à gros trous (si possible) le zeste de trois oranges non traitées (sinon mettre 3cc d’extrait d’orange)
  • Démarrer la machine à pain, programme « pâte ». Si vous n’avez pas de machine à pain, c’est le moment de pétrir à la main comme un malade, le plus longtemps possible et ensuite de laisser reposer une heure.
  • Lorsque le programme « pâte » est fini (ou après l’heure de repos) reprenez votre pâte, divisez la en deux, et façonnez deux belles miches que vous mettez à nouveau à reposer pendant une heure.
  • Allumer le four thermostat 180 °C
  • Après le deuxième repos, badigeonner les Mounas de jaune d’oeuf, faire une incision en forme de croix avec une lame fine, saupoudrer de sucre en grain et de graines d’anis.
  • Faire cuire 20 à 25 minutes. Attention, si les Mounas colorent trop, baissez la température et recouvrez d’un papier d’alu.

.

Allez, Joyeuses Pâques !!!

 

 

Mousse au chocolat 4 mars, 2014

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 17:07

Mousse au chocolat dans Fou-dingue 10105905276_5c1898d722_z

Une grosse grosse envie de MOUSSE AU CHOCOLAT !

Celle-ci est ma préférée, il me semble que c’est une ancienne recette de Cyril Lignac. C’est un peu long et technique, mais c’est VRAIMENT la meilleure. Je pense que c’est justement parce qu’il n’y a pas de blancs d’oeufs qui, à mon avis, donnent trop un goût  »oeuf cru » (pas très agréable) aux mousses classiques.

Ingrédients :

  • 300g de chocolat noir
  • 400g de crème fleurette très froide
  • 40g de sucre
  • 3 cuillères à soupe d’eau
  • 4 jaunes d’oeufs

Pour toute la recette j’utilise un batteur électrique.

Fouetter la crème, il faut qu’elle soir ferme et légère

Faire fondre le sucre et l’eau sur feu doux. Dès l’ébullition retirer du feu (le sucre NE DOIT PAS colorer)

Fouetter les jaunes d’oeufs jusqu’à ce qu’ils soient légers et onctueux. Ajouter petit à petit le sirop de sucre chaud, continuer à fouetter jusqu’à ce que le mélange prenne du volume et soit tiède.

Faire fondre le chocolat (au micro-onde en remuant et en faisant très très attention). Incorporer le chocolat (tojours au batteur) aux jaunes d’oeufs. Lorsque c’est bien mélangé, ajouter à la main la crème fouettée.

On peut la manger telle quelle, mais je la préfère quand elle est prise après quelques heures au frigo.

C’est le double de travail, mais ce que j’aime par dessus tout, c’est de faire en plus de la mousse au chocolat blanc et de mettre deux couches verticales des deux mousses dans un même verre. DESSERT PARFAIT !

 

 dans Fou-dingue

Pour la mousse au chocolat blanc c’est la même recette mais les proportions changent : 300g de chocolat blanc, 500 g de crème fleurette, 30 g de sucre, 1,5 cuil soupe d’eau, 4 jaunes d’oeufs.

Vous m’en direz des nouvelles !

 

 

 

French food 19 octobre, 2013

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 9:34

   French food dans Fou-dingue OnlyLyon_4890-600x369

Mon-Grand-Amour est allé à Lyon pour le travail. Le soir, il mange au restaurant avec plusieurs hôtes étrangers : un américain, une irlandaise, une israëlienne, un japonnais etc… 12 en tout. Et tout ce petit monde communique en anglais.

Arrive la carte des menus. Les étrangers se tournent vers Mon-Grand-Amour pour la déchiffrer. L’Américain demande :

- BOU-DI-NE; What is boudine ?

-  ah, boudin ! Répond Mon-Grand-Amour. It’s a kind of sausage made with cooked blood.

- Arrrrh ! (cri dégouté de la tablée)

- And AN-DOU-ILL-ETTE ? What’s that ?

- it’s also a kinf of sausage, made with guts (tripes)

- Ô God !

Avisant alors sur le menu « l’aile de raie »

- What is « raie »

- it’s « ray », the fish

-oh ! ray ! OK ! So it’s ray with garlic

-  garlic ?

- Yes, « aile » means garlic ?

- No ! « ail » means garlic, « aile » is euh… « wings »

- Wings ??? Like « chicken wings »  ????

Comme ils sont étranges ces français qui mangent des tripes, du sang,  des « ailes » de raie et mettent de l’ail partout !

 Finalement, l’israëlienne qui était à côté de Mon-grand-Amour a tout choisi comme lui dans le menu, et c’est ainsi qu’elle a vu arriver pour son dessert un magnifique morceau de .. .St Marcellin bien coulant !

Pas courant à Tel Aviv !

 

 

Cocktail de Crevettes 25 septembre, 2013

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 10:22

Cocktail de Crevettes dans Fou-dingue img_58691-300x225

Samedi dernier, Jolie-Fleur a réitéré son exploit en nous régalant avec un délicieux « Cocktail de Crevettes » (p128 du « Jamie en 15 minutes »). Et cette fois-ci, même si elle n’a pas mis 15 minutes, elle a déjà bien raccourci le temsp de réalisation.

Merci et Bravo ma Jolie-Fleur !

Et tu as prévu quoi pour samedi prochain ? (Miam)

 

 

 

Jolie-Fleur et Jamie 8 septembre, 2013

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 8:41

   Jolie-Fleur et Jamie dans Fou-dingue afpjamie3f-1-web

Les horaires du Rugby de Fiston ont changé. Il y a maintenant toutes les semaines 3 entrainements de 2 heures et il faut aller à un autre stade à Tataouine (alors qu’avant Fiston s’y rendait près de chez nous en vélo). Ils ont donc rajouté un entrainement le samedi, et il nous faut l’emmener de 10 h à midi.

 Jolie-Fleur a alors gentiment proposé de s’occuper de préparer le repas tout les samedis midi. Merci Jolie-Fleur !

Afin de lui faciliter la tâche je lui ai acheté le dernier livre de recettes de Jamie Oliver qui nous promet des recettes faciles, savoureuses et équilibrées à préparer en moins de 15 minutes.

1ère expérience hier : Jolie-Fleur jette son dévolu sur « Pizzas turques, salade de légumes, feta et herbes ». La liste des ingrédients nécessaires est impressionnante, mais la photo alléchante. Nous réunissons tous les ingrédients et nous partons au rugby.

De retour à la maison vers 12h15, une odeur délicieuse s’échappe de la cuisine. Par contre, nous retrouvons une Jolie-Fleur échevelée qui nous dit : « N’entrez pas dans la cuisine … c’est Guernica ! ».

Bilan : les pizzas turques étaient tout simplement sublimes, accompagnées de la salade aux herbes délicieuse ! Par contre la cuisine c’était VRAIMENT Guernica. Quant aux 15 minutes promises… Jolie-Fleur nous a avoué avoir passé 1h50 aux fourneaux… Mais c’était tellement bon !

Dis, Jolie-Fleur tu recommenceras samedi prochain ?

(J’ai déjà repéré, page,24, les Dim Sum au poulet, brioches noix de coco, concombre et Hoisin)

 

 

 

Meringue à la Crème double 9 avril, 2013

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 16:14

   Meringue à la Crème double dans Fou-dingue detail_regular3

Alors là, attention c’est du sérieux. Que ceux qui sont en surpoid, diabétiques ou au régime passent leur chemin. Eloignez aussi les enfants de l’ordinateur car ce truc là, c’est de la bombe atomique.

Une copine m’a fait découvrir une spécialité Suisse de Fribourg, qui est la meringue à la crème double.

Elle m’a d’abord donné une boîte de ces meringues et elle m’a ensuite conseillé le fromager top qui vend la crème double (ça tombe bien c’était aussi le mien).

Bon, à la base je n’aime pas trop la meringue (que je trouve sans gout et trop sucrée), mais curieuse, je tente l’expérience.

Je vais chez mon fromager, je lui demande la crème suisse qui va bien (c’est une crème double non fermentée, du coup elle n’a pas ce côté acide). Tout de suite, il me propose les meringues. Je lui réponds que je les ai déjà.

Au dessert, j’ouvre mon pot de crème, je dégaine ma meringue et je la trempe dans la crème. Et là …

LE NIRVANA !

La crème est douce et soyeuse, la meringue légère comme un nuage, pas trop sucrée, croustillante… un rêve. Chaque bouchée en appelle une autre. C’est monstrueusement addictif !

Et pour bien finir mon expérience, j’ai rajouté quelques Gariguettes dans la crème.

Au secours ! C’est trop bon !

Attention, ce dessert ne SUPPORTE PAS la médiocrité. Assurez-vous d’avoir la bonne meringue et la VRAIE crème suisse double chez un bon fromager.

Des renseignements, la et

Rô-la-la, ça me donne envie d’aller en Suisse !

 

 

remède anti-rhume 6 février, 2013

Classé dans : Fou-dingue — lavieavec @ 12:00

   remède anti-rhume dans Fou-dingue 220px-Frosted_Berries_1_%285237543619%29

Cet été, lorsque nous étions au club de vacances, Fiston a appris à faire de superbes Mojitos (cherchez pas !) et il nous en a régalé longtemtps après notre retour, ce qui a prolongé nos vacances …

Alors que l’hiver et sa cohorte de virus n’en finit pas, j’ai détourné l’idée du Mojito qui est en soit plutôt une boisson estivale (à base de citron, menthe et un peu de rhum) pour en faire un génial remède anti-rhume (enfin, ça marche très bien sur moi et Jolie-Fleur adore).

Tisane Anti-Rhume (sans rhum) :

Pour un mug :

  • 1/2 jus de citron
  • 1 « phalange » de gingembre frais haché
  • 5 ou 6 feuilles de menthe
  • 1 morceau de bâton de cannelle
  • 1 cuillère à café de miel

Mettre tous les ingrédients dans le mug, écraser un peu au pilon si nécessaire et ajouter de l’eau frémissante. Laisser « infuser » quelques minutes et boire bien chaud.

J’ai jamais essayé avec du rhum en plus… mais ça peut être pas mal. Par contre j’aime bien mettre des miel « spéciaux » miel de tilleul, miel d’oranger, miel d’eucalyptus etc…

 

Faites vos propres essais et vous me raconterez !

 

 

 

12345...8
 
 

petit toulousain |
La Belle Verte |
TiTe MiSs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | manutea
| FCPE Saint-Girons
| construction de notre maison